Musique et propagande djihadiste (1/3) : La censure de la musique

Lors que l’État Islamique (EI) s’est emparé de la ville de Raqqa en janvier 2014, l’une des premières dispositions prises par l’organisation djihadiste a été d’interdire la diffusion et l’écoute de toute forme de musique, aussi bien de tradition occidentale qu’orientale. Toute personne qui oserait enfreindre cette nouvelle règle serait punie par la mort. Avant Raqqa, les musiciens du nord du Mali ont été confrontés eux aussi à l’interdiction de la musique et aux persécutions de la part des groupes djihadistes.1 En Europe ou aux États Unis, plusieurs attentats ont visé récemment des salles de concert ou des lieux où des personnes se réunissent pour et par la musique (Bataclan, Manchester Arena, Pulse, Ansbach Open).

La question de la censure de la musique, l’idée que la musique serait haram (interdite), par l’idéologie salafiste et les groupes djihadistes n’a rien de circonstanciel. Des discours ont été élaborés pour justifier cette censure ainsi que le châtiment des personnes qui l’écoutent. Quelles sont les raisons avancées par les théologiens salafistes pour interdire la musique ? De quels pouvoirs la musique serait-elle dépositaire pour que les personnes qui l’écoutent risquent la mort ? Pourquoi la presque totalité de la propagande djihadiste de l’État islamique contient-elle des chants qui peuvent être considérés comme de la musique ? J’étudierai ces questions dans une série de trois billets.2

Islam et musique

L’histoire de la censure de la musique ou des pratiques musicales est extrêmement vaste et ne se limite en aucun cas à une seule religion ou régime politique. De la Grèce antique aux démocraties libérales, en passant par l’hindouisme, le christianisme, l’islam et le judaïsme, on peut affirmer que toutes les religions et types de régimes politiques ont interdit ou censuré à un moment donné des œuvres ou des pratiques musicales. Dans de nombreux cas, cette interdiction s’est basée sur des croyances, sur le pouvoir d’influence qu’aurait la musique sur les émotions humaines ou sur le danger qu’elle pourrait représenter pour l’ordre social.

‘Two Egyptian Drummers’
Photo by Ahmed Emad H, Creative Commons CC BY

Concernant les rapports entre islam et musique, le musicologue Amnon Shiloah affirme que le Coran ne fait aucune allusion explicite à la musique (désignée par le terme générique ghina). De ce fait, l’interdiction de la musique par certains courants de l’islam ne se fonderait sur aucun consensus et se base sur des interprétations polémiques de certains sourates et hadiths [des propos attribués au prophète Muhammad].

Les discours actuels à propos de l’interdiction de la musique, notamment soutenus par l’idéologie salafiste, tentent de puiser leur légitimité dans ces textes polémiques en omettant complètement le débat qui leur est associé.3 En effet, le Coran n’évoquant pas la musique (ghina) de manière explicite, les opposants à celle-ci – y compris l’État islamique4 – vont notamment surinterpréter le verset 6 de la sourate (chapitre) Luqman (XXXI) afin de justifier leur point de vue. Ils vont associer la musique aux « discours plaisants » [ou « paroles futiles »] dont fait mention cette sourate du Coran : « Et, parmi les hommes, il en est qui, dénués de science, achètent de plaisants discours pour égarer hors du chemin d’Allah et pour le prendre en raillerie. Ceux-là subiront un châtiment avilissant ».5

Cependant, la justification de l’interdiction de la musique par l’idéologie salafiste s’appuie aussi sur les effets supposés nocifs qu’aurait sur l’être humain l’écoute de la musique (sama). Le terme sama désigne « d’abord et avant tout l’écoute passive de la musique et n’indique qu’implicitement l’expression active de la musique et la pratique musicale ».6 Ce terme renvoie surtout à la musique sacrée et religieuse, s’opposant au terme ghina, « qui connote la musique profane et savante, mais englobe également la musique rurale ».7 Certains théologiens et juristes ont milité depuis le IXème siècle pour l’interdiction de la musique se fondant sur les effets supposés néfastes de son écoute : à terme la musique ferait perdre à l’auditeur le contrôle de sa raison, de son comportement et ferait que celui-ci se soumette à ses passions.8 C’est sur l’actualisation de ce discours, couplé à l’argument juridique soutenu notamment par la sourate Luqman du Coran, que se basent les arguments salafistes pour justifier l’interdiction de la musique.

« La musique est haram » : la censure de la musique par l’idéologie salafiste

Dans des nombreux ouvrages et des centaines des vidéos diffusées notamment sur YouTube, les discours salafistes légitimant la censure totale de la musique prennent souvent la forme d’une critique des dérives morales du monde contemporain ou de la société de consommation. Du fait que la musique serait capable de « laver le cerveau et de conditionner les personnes qui l’écoutent », il y aurait une relation étroite entre son écoute et des maux tels que l’hypocrisie, la fornication, les drogues et le suicide.9 La critique de la musique est aussi accompagnée d’une explication du manque de perspectives d’avenir pour les jeunes : elle serait l’un des rouages d’un système mis en place pour maintenir l’ordre social, empêcher tout changement politique ou économique et détourner les individus de ce qu’ils considèrent comme la religion authentique. Par exemple, ce système ferait en sorte que les gens « ne se posent plus des questions critiques et soient fondus dans le système, avec comme unique but : je fais la fête et je gagne de l’argent. Pas de réflexion. La technologie vous masque la vérité. La musique, les films, les jeux vous masquent la vérité ».10 L’écoute musique est accusée de « paralyser et d’hypnotiser temporairement nos esprits comme le font des narcotiques tels que l’alcool, l’opium, l’héroïne et la cocaïne ».11 Par sa capacité à nous influencer, la musique serait donc responsable du fait que nous nous détournons de la vérité délivrée par le Coran, elle nous empêcherait de voir clair et nous ferait accepter la société corrompue et injuste dans laquelle nous vivons.

‘Listen to the music’
Photo by Ludo Rouchy, Creative Commons CC BY 2.0

La musique, ce bruit de fond dénoncé par l’idéologie salafiste, est pointée comme l’un des obstacles à l’écoute des paroles du Prophète. L’incompatibilité entre ce qu’ils présentent comme étant le véritable islam et la musique est donc mise en avant de façon systématique : « Si vous voulez vous dévouer sincèrement et complètement à l’islam, il ne faut pas que votre tête soit remplie de musique. Il y a des choses, mes frères et sœurs, qui ne peuvent pas vraiment coexister ».12 Des exemples de la supposée incompatibilité de la musique avec l’islam et du soi-disant complot « satanique » de l’industrie du disque sont repris et déclinés dans les ouvrages et les vidéos.13 Les personnes qui écoutent la musique seraient sous son emprise et leur cœur serait imprégné de « mauvaises choses ». Leur cœur étant corrompu, ces personnes sont considérées comme intrinsèquement mauvaises, en opposition à la pureté qui caractériserait le groupe des croyants.

Changer ses habitudes et arrêter d’écouter de la musique est proposé par l’idéologie salafiste comme une solution simple, et à la portée de tous, pour atteindre une paix intérieure qui permettrait de trouver un sens à sa vie tout en se rapprochant de l’islam « véritable ». Cette simplification s’insère dans une vision globale et normée de l’existence humaine. Toutefois, si l’écoute de la musique est interdite, les imams salafistes comme les groupes djihadistes encouragent l’écoute d’anashid (pluriel de nashid) : des chants masculins sans accompagnement instrumental qui ne seraient pas considérés comme étant de la musique.

Dans le second billet de cette série, j’analyserai comment des imams d’orientation salafiste et des groupes djihadistes justifient et encouragent l’écoute des anashid djihadistes. Nous verrons de quelle façon l’efficacité des anashid djihadistes s’enracine dans les croyances salafistes sur leur pouvoir à atteindre et à transformer le cœur des personnes. Paradoxalement, elle s’appuie sur le même dispositif idéologique que celui mobilisé pour interdire la musique et son écoute.

  1. Voir, Denselow, Robin, « Mali music ban by Islamists ‘crushing culture to impose rule’ », The Guardian, 15 January 2013. []
  2. Cette analyse reprend des idées développées précédemment dans Velasco-Pufleau, Luis, « Après les attaques terroristes de l’État islamique à Paris. Enquête sur les rapports entre musique, propagande et violence armée », Transposition. Musique et sciences sociales, no 5, 2015 (http://dx.doi.org/10.4000/transposition.1327). []
  3. Voir, Shiloah, Amnon, La Musique dans le monde de l’islam, Paris, Fayard, 2002, p. 78 ; Al-Albani, Nasir Al-Din, La musique en Islam. Chants soufis, Anashid islamiques et les instruments de musique, Bruxelles, Al-Hadith, 2013, p. 91-93 ; Jonas Otterbeck, « Battling over the Public Sphere: Islamic Reactions to the Music of Today », Contemporary Islam, vol. 2, no 3, 2008, p. 211–228 (http://dx.doi.org/10.1007/s11562-008-0062-y). []
  4. Voir, « Statement concerning the prohibition on music, singing and photos on shops (Raqqa: January 2014) », in Al-Tamimi, Aymenn Jawad (ed.), Archive of Islamic State Administrative Documents, online. []
  5. Voir Al-Athari, Abdullah, Singing & Music in Islamic Perspective, Riyadh, Darussalam, 2013, p. 43‑57 ; Al-Kanadi, Abu Bilal Mustafa, The Islamic Ruling on Music and Singing: In Light of the Quraan, the Sunnah and the Consensus of Our Pious Predecessors, Jeddah, Bilal M. Al-Kanadi & Broths., 1986, p. 9‑12. []
  6. Shiloah, Amnon, « Judaïsme et islam : les monothéismes face à la musique » in Nattiez, Jean-Jacques (ed.), Musiques. Une encyclopédie pour le XXIe siècle, vol. 3 « Musiques et cultures », Arles, Actes Sud/Cité de la Musique, 2005, p. 371. []
  7. Shiloah, Amnon, La Musique dans le monde de l’islam, op. cit., p. 77. []
  8. Ibid., p. 83-84. []
  9. Mushtaq, Gohar, The music made me do it. An in-depth study of music through Islam and science, Riyadh, International Islamic Publishing House, 2011, p. 73-95. []
  10. « Pourquoi Allah a t’il interdit la music [sic] », https://youtu.be/-uyFWfRuMVA []
  11. Mushtaq, Gohar, The music made me do it, op. cit., p. 82. []
  12. « Pourquoi Allah a t’il interdit la music [sic] », https://youtu.be/-uyFWfRuMVA []
  13. Voir par exemple Mushtaq, Gohar, The music made me do it, op. cit., p. 96-101. []

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *