De la musique à la lutte armée, de 1968 à Action directe : entretien avec Jean-Marc Rouillan (1)

Avant de commencer, il était une fois la grève…

Le comité de rédaction de la revue Transposition – dont je fais partie – a rejoint la vaste mobilisation de revues scientifiques en sciences humaines et sociales et de l’enseignement supérieur et de la recherche en faveur du mouvement social et interprofessionnel en France. Afin de protester contre la précarisation croissante et le manque des perspectives professionnelles auxquelles sont confronté.e.s les jeunes chercheur.e,s, nous avons voté le mardi 14 janvier 2020 la suspension temporaire de nos activités éditoriales et scientifiques. Une grève symbolique afin de libérer du temps pour participer activement aux manifestations, réfléchir aux conditions et aux enjeux de notre travail de chercheur.e.s et, accessoirement, publier des billets de blog comme celui-ci.

La conséquence immédiate de la suspension temporaire des activités de Transposition est le report de la publication du prochain numéro hors-série « Son, musique et violence », dont je suis le directeur scientifique. Le numéro fait dialoguer plus d’une dizaine de textes sur un sujet qui résonne fortement avec l’actualité en France, mais aussi ailleurs, par exemple au Chili et à Hong Kong. Au cœur du numéro se trouve un entretien que j’ai réalisé en avril 2019 avec Jean-Marc Rouillan, membre fondateur d’Action directe.1 En attendant que nos revendications soient entendues et la reprise des activités de Transposition, j’ai décidé de publier ici des extraits illustrés de cet entretien, sous la forme de quatre billets avec parution hebdomadaire.2

Au programme de ce premier billet, le groupe irlandais Them, Paco Ibáñez et les Clash.
Bonne écoute.3

Introduction

Jean-Marc Rouillan est né à Auch (France) en 1952. Il participe à la lutte antifranquiste et au mouvement autonome en Espagne et en France à la fin des années 1960 et au début des années 1970. Puis, il s’engage dans la lutte armée au sein d’Action directe (1977-1987). Qualifié de groupe terroriste d’extrême gauche par l’État français et les médias, les membres d’Action directe se considèrent comme un groupe révolutionnaire européen – au même titre que la Fraction armée rouge (Rote Armee Fraktion, RAF) en Allemagne et les Brigades Rouges (Brigate Rosse, BR) en Italie. Pour Action directe, la lutte pour l’émancipation et l’autonomie était indissociable « d’une remise en cause du monopole de la violence détenu par l’État ».4 De ce fait, la lutte armée est constitutive de leur existence : braquages de banques, mitraillages et attentats à la bombe contre des bâtiments de l’État ou d’organisations militaires internationales (Otan, Interpol), puis des assassinats ciblés de dirigeants industriels et de responsables militaires.

En février 1987 Jean-Marc Rouillan est arrêté avec les autres membres du noyau historique d’Action directe et condamné à la réclusion à perpétuité. Il passe 28 ans en prison, dont une dizaine à l’isolement. Il est soumis à plusieurs régimes de liberté conditionnelle entre 2007 et 2018. Libéré depuis le 18 mai 2018, il peut dorénavant s’exprimer publiquement sur les faits pour lesquels il a été condamné. Dans cet entretien, Jean-Marc Rouillan parle des liens entre sa pratique musicale et l’expérience sensible de son engagement politique depuis 1968, du rôle de la musique et du son dans la lutte armée d’Action directe, ainsi que de la place qu’il attribue à la musique dans la mémoire des luttes politiques.

Musique et politique : de 1968 à Action directe

Luis Velasco-Pufleau : Dans ton livre Je regrette, tu racontes qu’à une époque tu jouais de la guitare et de la basse électrique.5 Quel rôle a eu la musique dans ton engagement politique et dans le choix de la violence armée ?

Jean-Marc Rouillan : Il faudrait revenir tout à fait au début de mon engagement, parce que mon engagement politique en 1968 est précédé par un engagement musical. La musique, la littérature, la poésie et la culture underground des années 1960 ont été centrales dans mon engagement. Jouer de la musique c’était faire de l’underground en prévision de quelque chose, en prévision d’un affrontement. Mais cela ne pouvait pas satisfaire l’engagement qu’allait prendre ma vie. Finalement, 1968 est arrivé et je suis passé de la musique à l’engagement politique. Ensuite, l’engagement armé a pris sa source dans la même culture que le mouvement punk et le mouvement autonome. Pour moi comme pour les autres membres d’Action directe, la musique, la littérature, la poésie et la peinture ont eu une importance cruciale dans notre action armée.

LVP : De quelle façon ton écoute de la musique a-t-elle donné sens à l’affrontement à venir ?

JMR : Quand j’étais gamin, l’écoute d’une chanson a été un choc. J’écoutais devant le jukebox la chanson « Gloria » de Them, un groupe irlandais des années 1960. Après le solo de cette chanson, il y a une reprise où tu sens vraiment qu’il va se passer quelque chose, qu’il faut qu’il se passe quelque chose. Quand j’écoutais cette musique, je me suis dit : « Dans nos vies, il va se passer quelque chose ». La vague musicale anglaise a précédé 1968, elle l’a formé culturellement mais elle l’a précédé dans l’expression : « On est la génération du babyboom et on ne va pas se satisfaire d’être commandés pas les vieux, d’être toujours en gris ». Cette idée, c’est la musique qui l’a exprimée. En parlant d’une histoire d’amour, les Them ont dit : « On va faire bouger le monde ».

LVP : Puis 1968 a matérialisé les changements que tu attendais.

JMR : La musique a fait partie de cette attente de la généralisation du conflit, dans lequel j’allais prendre ma part. Avant la première manifestation que j’ai faite en 1968, on attendait dans un bar en écoutant le jukebox pour aller répéter. Il y a un copain qui est rentré dans le bar et qui nous a dit : « Comment, vous allez répéter alors qu’il y a la manif ? On va aller se bastonner avec les flics ». Et on a dit : « Ok, on va se bastonner ». Après mai-juin 1968, l’engagement militant a fait que je ne pouvais plus jouer de la musique. C’était un choix.

LVP : Tu as donc « remisé ta guitare Fender » et abandonné tes « projets d’installation dans un squat de musicos près de Piccadilly Circus ».6 As-tu complètement arrêté de jouer de la musique après 1968 ?

JMR : Je n’ai pratiquement plus joué, sauf dans les planques en Espagne au début des années 1970, quand je participais à la lutte armée contre la dictature franquiste. La plupart des camarades espagnols catalans avaient eu une vie musicale avant d’avoir une vie dans la clandestinité. Il y avait toujours des guitares et les gens en jouaient lors des soirées. Parfois, dans la journée, on jouait ensemble quelques accords, on chantait. J’avais une culture de la chanson contestataire antifranquiste à travers Paco Ibáñez et aussi latino-américaine avec Quilapayún. À cette époque, on écoutait beaucoup de musique.

Paco Ibañez, “La poesía es un arma cargada de futuro” – sur un poème de Gabriel Celaya.

LVP : Quelle était la musique que tu écoutais à l’époque d’Action directe ?

JMR : La musique qu’on écoutait au début d’Action directe, dans nos meetings ou dans les autoradios de nos voitures en 1977-1978, était principalement du punk et un peu de rockabilly. On écoutait aussi des chanteurs, par exemple Léo Ferré, dont les paroles étaient proches de notre engagement militant. Mais surtout on écoutait du punk : The Clash, beaucoup plus que les Sex Pistols. On y retrouvait une politisation qui nous correspondait, la culture punk du « Do it yourself – DIY [Fais le toi-même] » a été décisive pour nous.

LVP : Alliez-vous souvent écouter des concerts ensemble ?

JMR : Oui, à cette époque on faisait des actions armées mais on n’était pas vraiment recherchés, donc on pouvait aller voir des concerts. Une de ces aventures musicales du noyau historique d’Action directe est quand on a été à Londres en juillet 1977 pour assister à un grand festival de rockabilly. On a vu Crazy Cavan et d’autres vieux groupes de rockabilly. Puis le soir on est allés au Marquee Club, où on a vu un concert des Pirates, l’ancien groupe de Johnny Kidd. L’année suivante, on a vu The Clash en concert à Paris. [Le concert a eu lieu le 16 octobre 1978 au Stadium]

LVP : Quelle importance a eu ce concert pour vous ?

JMR : Il a été important parce que c’était à l’époque du mouvement autonome. En 1978, on avait gardé l’esprit de free music, cette revendication issue de la fin des années 1960 de ne pas payer les concerts quand c’étaient des concerts montés par des grosses sociétés qui faisaient du fric avec la musique. Quand on est allés voir les Clash, on était environ trois cents autonomes et on avait dit qu’on allait rentrer en force. C’est à ce moment que Joe Strummer [le chanteur et guitariste des Clash] est sorti et a demandé ce qu’il se passait. On lui a expliqué la situation, qu’on n’allait pas payer pour entrer les voir. Il nous a dit : « D’accord, dès qu’on commence la première chanson, ils vont ouvrir les portes et vous pourrez entrer ». C’est la première fois que j’ai rencontré Joe Strummer. La deuxième fois c’était en 1981 (au début des années Mitterrand, quand Action directe était légal), il était venu à Paris faire un concert au théâtre Mogador et on s’est vus pour boire un café.


Image à la Une : Paris, 2 mai 1968 : Début de « Mai 68 ». Par Paille, source flickr (CC BY-SA).

Cite this article as: Luis Velasco-Pufleau, "De la musique à la lutte armée, de 1968 à Action directe : entretien avec Jean-Marc Rouillan (1)," in Music, Sound and Conflict, 23/01/2020, https://msc.hypotheses.org/2375.

  1. Velasco-Pufleau, Luis, « De la musique à la lutte armée, de 1968 à Action directe : entretien avec Jean-Marc Rouillan », Transposition, Hors-série 2, 2020, https://journals.openedition.org/transposition/3709. DOI: https://doi.org/10.4000/transposition.3709 []
  2. Dans le numéro hors-série de Transposition, l’entretien est accompagné de trois commentaires critiques dont les auteurs sont Matthew Worley (University of Reading), Timothy Scott Brown (Northeastern University) et Jeremy Varon (New School). []
  3. Les propos qui suivent sont issus d’un entretien à la Maison des métallos à Paris, réalisé le 10 avril 2019. Cette rencontre fait partie des recherches que je mène depuis plusieurs années sur le rôle du son et de la musique dans des dynamiques de violence et de lutte armée. Dans ce cadre, le témoignage de Jean-Marc Rouillan m’a paru important. Le texte conserve dans la mesure du possible le ton général de la rencontre. Je voudrais remercier Rémi Philton, Stéphanie Gernet et Thierry Discepolo pour leurs contributions à la réalisation ou à l’édition de cet entretien. []
  4. Rouillan, Jann Marc, Dix ans d’Action directe : Un témoignage, 1977-1987, Marseille, Agone, 2018, p. 36. https://agone.org/dixansdactiondirecte/ []
  5. Rouillan, Jann Marc, Je regrette, Marseille, Agone, 2016, chap. 33 et 173. https://agone.org/jeregrette/ []
  6. Ibid., chap. 33. []

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search