Politiques de la musique libre : entretien avec Jean-Marc Rouillan (2)

Deuxième partie de l’entretien avec Jean-Marc Rouillan, membre fondateur d’Action directe (première partie ici). Au programme, le festival de l’île de Wight en 1970, les Damned, les Rolling Stones et Cream.

Résister à la marchandisation de la musique

Luis Velasco-Pufleau : L’épisode au concert des Clash à Paris entre en résonance avec un autre épisode de ton livre Je regrette, quand tu racontes ta volonté de « libérer la musique des marchands », en marge du festival de l’île de Wight en 1970.1

Jean-Marc Rouillan : Notre génération de militants était habituée à la naissance des groupes dans les pubs ou les petites salles de concert. On prenait une bière et on écoutait de la musique, il y avait toute une ambiance. Puis est arrivée cette mode des grands concerts, au départ gratuits mais on s’est bientôt retrouvés derrière de gros investisseurs qui faisaient du fric avec ça. Il y a eu les premières éditions du festival de l’île de Wight, mais je n’y suis pas allé, vu le prix des places et l’ambiance concentrationnaire de la musique : on faisait ça à la campagne et ils préparaient un château fort en tôle pour protéger leur business. En 1970, il y a eu un appel de militants pour aller à l’île de Wight et obliger les organisateurs à rendre le festival gratuit. On s’est présentés et pendant quinze jours on a fait tous les soirs des bagarres avec les flics, avec les Hells Angels et avec les polices privées qui gardaient le truc. Jusqu’à faire que le festival soit gratuit. La musique libre était une lutte politique, on la concevait comme telle.

LVP : Vous disiez non à la marchandisation de la musique tout en soutenant les musiciens.

JMR : Les musiciens doivent pouvoir vivre de leur musique, c’est pourquoi on payait comme tout le monde quand il s’agissait de petits concerts, quand on savait que l’argent allait aux musiciens. Mais à Wight ou à Woodstock, c’étaient des grosses boîtes qui se montaient pour faire des festivals soi-disant libres, de paix et d’amour. Mais c’était pour faire du fric. Ça n’a pas été facile de lutter contre la marchandisation, le monopole de ces grandes sociétés qui ont compris qu’elles pouvaient faire énormément de fric avec le rock. Alors que c’était notre musique, la musique des pubs, la musique des petits concerts, la musique de nos meetings. Cette lutte s’est prolongée durant les années 1970 jusqu’à l’époque punk. Là, il y a eu une divergence. D’un côté il y avait la musique qui s’écoutait dans des grandes salles, comme à la Villette. Une musique emprisonnée, protégée par la police. D’un autre côté il y avait le punk, avec l’esprit Do it yourself. Les gens se disaient : « Moi aussi je peux jouer du punk. Donc on va refaire notre musique. Parce que celle-là ne nous appartient plus. Elle a été récupérée ». L’esprit de la free music, c’était de retrouver un espace commun avec les musiciens, comme dans les pubs britanniques au début des années 1960.

LVP : Faire de la musique soi-même était un acte d’émancipation ?

JMR : Oui, d’émancipation des personnes, et aussi de la musique. Parce que parfois les groupes ont déplacé les limites de la musique. Avec leurs cris, par exemple, c’était plus l’expression d’une rage que d’une musique issue de la soul ou du blues comme on avait l’habitude d’entendre.

LVP : Quelle était la musique que vous n’écoutiez pas, celle que vous ne supportiez pas ?

JMR : On avait un terme pour la définir : la « soupe ». On ne supportait pas cette musique, qui n’est plus qu’une marchandise. Par exemple, j’écoutais les Rolling Stones jusqu’à 1972-1973. Après, ce n’est que de la soupe. Ils ont fait de la disco et d’autres choses pour faire du fric. Du moment où la musique ne sert qu’à faire du fric, il n’y a plus aucun message politique. Et pas que dans les paroles, aussi dans le son.

LVP : Y avait-il d’autres groupes britanniques que tu ne supportais pas ?

JMR : Des groupes comme Cream, où jouait Eric Clapton. Clapton est quelqu’un que je n’ai jamais supporté, même quand il était avec les Yardbirds. Clapton faisait partie des gens qui puaient le « Je veux faire du fric, je joue de la guitare pour faire du fric ». Ce n’était pas quelqu’un qui accompagnait des luttes – d’ailleurs, plus tard, il a été un sympathisant des idées du National front et toutes ces conneries fascistes. Un peu comme David Bowie, il faisait des super chansons, mais ça puait trop le fric. Ça ne correspondait pas à l’engagement militant de notre génération.

LVP : En rapport avec votre idéologie anti-impérialiste, associez-vous certains groupes à l’impérialisme étatsunien ?

JMR : Je pense que du moment où des groupes ont vendu leur musique aux grands managers, leur musique a d’une certaine façon « impérialisé » notre culture. Même des groupes comme le Velvet Underground, ça puait trop le faux underground. Les groupes que j’ai suivis sont des groupes que j’ai vus dans des pubs ou dans des petits concerts.


Image à la Une : “All we needed was love”. Par Paul Townsend, source flickr (CC BY-SA).

Cite this article as: Luis Velasco-Pufleau, "Politiques de la musique libre : entretien avec Jean-Marc Rouillan (2)," in Music, sound and conflict, 11/02/2020, https://msc.hypotheses.org/2705.

  1. Rouillan, Jann Marc, Je regrette, Marseille, Agone, 2016, chaps. 175‑176. https://agone.org/jeregrette/ []

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.