Musique, son et lutte armée : entretien avec Jean-Marc Rouillan (3)

Troisième partie de l’entretien avec Jean-Marc Rouillan, membre fondateur d’Action directe (première partie ici, deuxième partie ici). Au programme, Pink Floyd, Richi e Poveri, T. Rex et des scanners radio.

Musique et lutte armée

Luis Velasco-Pufleau : À l’époque d’Action directe, écoutiez-vous de la musique avant vos actions armées ?

Jean-Marc Rouillan : Non, on n’écoutait pas de musique. Il y avait une concentration extrêmement forte, il y avait aussi la peur. La musique venait après, quand il y avait eu un coup de chaud, pour se décontracter ou pour faire descendre l’adrénaline. C’étaient les débuts du walkman. Il y avait donc des militants qui, après les actions armées, mettaient de la musique dans leur walkman. Mais ce n’était pas forcement la musique qu’on écoutait le reste de la journée. À ce moment-là, on écoutait par exemple du Pink Floyd ou d’autres choses plutôt « zen ». Parfois on écoutait aussi de la musique classique, du Mozart ou du Fauré, par exemple.

LVP : Cette écoute était plutôt une écoute solitaire.

JMR : Oui, quand quelqu’un avait besoin de la musique pour décompresser, il prenait un verre et le walkman, assis sur un fauteuil.

LVP : Chantiez-vous après vos actions armées ?

JMR : Pas vraiment, mais cela pouvait arriver. Récemment je suis allé à Rome et une camarade italienne m’a dit : « Tu te souviens quand, après une action, on chantait une chanson pop italienne ridicule, “Sarà Perché Ti Amo”… ». En effet, je me suis souvenu qu’on la chantait à tue-tête dans la voiture, pour rigoler.

LVP : Et le soir, y avait-il aussi des moments d’écoute collective ?

JMR : Oui, bien sûr, mais elle n’avait pas la même fonction. Comme les appartements étaient souvent collectifs et que la consigne pour les clandestins était de ne pas sortir après 21 heures, le soir chacun mettait son 33 tours à tour de rôle. Le répertoire était plus varié, des vieux disques des années 1960, du punk ou du rock. Comme on ne regardait pas la télévision, c’était donc la musique ou l’écriture. La musique était quotidienne.

LVP : Une autre caractéristique de votre lutte armée est sa dimension internationaliste, qui a pris la forme d’échanges et d’actions communes avec d’autres groupes armés européens (RAF, Brigades Rouges) ou du Moyen Orient (OLP, kurdes). Partagiez-vous de la musique entre militants lorsque vous étiez dans un autre pays ou qu’il y avait des militants étrangers qui passaient chez vous ?

JMR : Généralement, on écoutait la musique qu’écoutaient les militants de l’endroit où on était. Mais même si les échanges musicaux n’étaient pas quelque chose de central dans nos activités, ils ont eu une influence sur nos sphères musicales. Au début des années 1970 en Espagne, j’ai fait découvrir aux camarades catalans de la musique anglaise, pas celle qu’ils écoutaient dans leurs radios mais de la musique plutôt garage, les premiers T. Rex, par exemple. À l’époque de la fin d’Action directe, les militants allemands de la RAF écoutaient beaucoup de musique indus (industrial music), bien plus que le punk. Grâce à eux, j’ai découvert cette musique que j’ai commencé à écouter. On essayait de partager ce qu’on aimait.

LVP : Quelles émotions associes-tu à la musique partagée à cette époque avec tes camarades ?

JMR : Ces premières années de la lutte armée, au début des années 1970, ont été très dures, beaucoup de camarades sont morts dans cette période-là. Mais en même temps, elles se caractérisent par une immense joie, une immense camaraderie entre les gens. Mes souvenirs avec la musique me rappellent qu’il y avait beaucoup de joie finalement dans toutes les périodes, avec les Italiens, avec les Allemands, avec tous ces gens qui étaient venus se battre à Paris.

Son et tactique révolutionnaire

LVP : Dans ton dernier livre Dix ans d’Action directe, tu consacres plusieurs pages aux écoutes que vous réalisiez de la radio de la police et au repérage des fréquences des unités spéciales. Tu affirmes que vos « méthodes de contrevérification et le boulot d’écoute » vous ont donné souvent « une courte avance sur la répression ».1 Pourrais-tu en dire un peu plus sur le rôle qu’a eu l’écoute dans votre lutte armée ?

JMR : L’information a toujours un rôle crucial dans la lutte. Surveiller l’adversaire était une nécessité pour gagner cette bataille. Ils nous surveillaient et nous les surveillions. La guérilla a donc été forcée de créer une fonction de contre-surveillance des actions de la police. Grâce à des scanners radio (souvent fabriqués aux États-Unis mais que nous achetions en Suisse), nous avons réussi à intercepter toutes les communications de l’appareil de répression, même les plus locales. Jusqu’à ce qu’ils trouvent nos cahiers de surveillance, au bout de longues années, ils ne se doutaient pas de nos compétences. De nombreuses arrestations ont ainsi été déjouées, qu’ils croyaient dues à des taupes dans leurs propres services ou à des complicités dans l’appareil d’État.

LVP : Finalement vous avez détourné un des moyens de surveillance les plus utilisés par l’État : l’interception des communications.

JMR : Totalement. Nous interceptions jusqu’aux communications du contre-espionnage, la DST [Direction de surveillance du territoire] et les brigades spéciales qui étaient chargées d’intercepter nos communications.

LVP : Comment le son de la radio (de la police ou des radios libres) façonnait-il votre quotidien ?

JMR : La majeure partie du temps, les appareils d’écoute étaient en fonctionnement dans les appartements et dans les voitures des commandos. Les sons de ces communications faisaient partie de notre quotidien, ou alors l’une ou l’un d’entre nous portait un casque. Les appareils scannaient les ondes principales de communication de la police. Avant les opérations, nous vérifiions qu’il n’y avait pas de membres des brigades spéciales dans la zone.
Du côté des radios pirates aussi, il s’agissait d’obtenir de l’information. On suivait les émissions de débat du mouvement. Les gens savaient que nous les écoutions et souvent ils s’adressaient à nous directement, pour critiquer et proposer. Tout ceci constituait un son en direct et permanent qui rythmait nos vies militantes, comme le son de Paris, de la ville frénétique – notre sierra à nous…


Image à la Une : “ Pirate Radio Station in Berkeley”. Par Hossam el-Hamalawy, source flickr (CC BY-SA).

Cite this article as: Luis Velasco-Pufleau, "Musique, son et lutte armée : entretien avec Jean-Marc Rouillan (3)," in Music, sound and conflict, 16/02/2020, https://msc.hypotheses.org/2965.

  1. Rouillan Jann Marc, Dix ans d’Action directe : Un témoignage, 1977-1987, Marseille, Agone, 2018, p. 220-221. https://agone.org/dixansdactiondirecte/ []

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.