Amour, musique et coronavirus

Toute réponse à une crise épidémique est politique. Début février 2020, au cœur de l’épidémie de coronavirus à Wuhan, le régime autoritaire chinois a diffusé massivement la chanson humanitaire « Believe Love Will Win ». L’objectif affiché de la chanson était de soutenir moralement les personnes engagées dans la lutte contre l’épidémie du Covid-19, les présentant comme des héros de la nation chinoise.

Cependant, ainsi que je l’ai analysé ici même (voir ce billet, en anglais),1 l’apparition d’une chanson humanitaire serait plutôt l’aveu que la politique a échouée. Pour quelle raison ? Parce que les chansons humanitaires ont une place de choix dans les dispositifs de dépolitisation des réponses aux crises. Construisant des imaginaires et façonnant les récits officiels, les chansons et les discours qui les accompagnent dissimulent la profondeur historique et géopolitique des crises humanitaires par la transformation des enjeux politiques en questions morales – que ce soit dans les contextes de la famine en Éthiopie provoquée par la guerre civile en 1983-1985, de la gestion de la crise humanitaire à La Nouvelle-Orléans après le passage de l’ouragan Katrina en 2005, ou encore de l’intervention internationale pour freiner l’épidémie d’Ébola en 2014 et 2015.

« We firmly believe love will win »

Dans « Believe Love Will Win », Jackie Chan et une dizaine d’artistes du cinéma et de la télévision chinoise chantent suivant le modèle bien établi des chansons humanitaires « occidentales » : le vidéoclip de la chanson chinoise met en scène l’urgence humanitaire, montrant des hommes et des femmes en train d’enregistrer dans le huis clos du studio. Le focus sur des émotions « positives », telles que l’amour et la compassion, laisse supposer au spectateur que les artistes agissent de façon spontanée et désintéressée. De plus, la chanson est accompagnée par un « making of », sorte de double mise en abyme qui montre les artistes se préparant à enregistrer la chanson, portant des masques de protection et réalisant des gestes de désinfection du studio.

Tout laisse supposer que le modèle du vidéoclip de la chanson chinoise est la chanson humanitaire française « Des ricochets », produite en 2011 par le collectif Paris Africa, en collaboration avec l’Unicef, dans le contexte d’une nouvelle crise humanitaire dans la corne de l’Afrique. Des similitudes sont flagrantes entre les deux vidéoclips : de la façon de juxtaposer les images du studio avec celles d’un extérieur fantasmé, à l’utilisation du symbole du « cœur » pour symboliser l’amour comme réponse politique, en passant à la réalisation du making of.

« Together, we become stronger » 

Cependant, tandis que la plupart des chansons humanitaires construisent de façon symbolique une communauté de « donneurs » et une autre de « victimes », les paroles de « Believe Love Will Win » et les images montrées dans le vidéoclip exaltent une unique et héroïque communauté nationale. C’est ainsi que les paroles de la chanson glorifient la réponse de la nation – c’est-à-dire du président Xi Jinping et du comité permanent du Bureau politique du Parti communiste chinois – face à l’épidémie de coronavirus. La chanson parle de souffrance, de compassion et d’unité nationale face au danger. Les images montrent des soignants chinois, masques de protection sur le visage, agissant jusqu’à l’épuisement dans la lutte contre le coronavirus. Leurs efforts seraient inattaquables, puisque moralement bons, nécessaires et urgents.

Face aux critiques des citoyens qui dénoncent les mensonges, la répression et la recrudescence des dispositifs de surveillance de masse dans le contexte de l’épidémie de Covid-19, le régime chinois riposte avec l’aide d’une troupe d’artistes chantant l’amour et la gloire de la nation.

Il est fort probable que d’autres chansons humanitaires suivront en Europe et aux États-Unis. Les crises de légitimité des responsables politiques, les injustices sociales dans l’accès aux dispositifs de soin et la charge émotionnelle dirigée sur l’épidémie de coronavirus, sont des conditions propices pour que les gouvernements aient recours à ce type de dispositif de propagande et à des mesures autoritaires. Nous devons garder nos moyens d’analyse critique et rester vigilants aux tentatives de dépolitisation des réponses et des conséquences de cette pandémie.


Image à la Une : Capture d’écran du vidéoclip de la chanson “Believe Love Will Win”.

Cite this article as: Luis Velasco-Pufleau, "Amour, musique et coronavirus," in Music, Sound and Conflict, 15/03/2020, https://msc.hypotheses.org/3281.

  1. Voir aussi Velasco-Pufleau, Luis, “Chansons humanitaires, dépolitisation des conflits et moralisation des relations internationales à la fin de la Guerre froide”,  Relations Internationales, n° 156, 2013, pp. 109-123, https://doi.org/10.3917/ri.156.0109; “Reflections on Music and Propaganda”, Contemporary Aesthetics, vol. 12, 2014, https://hdl.handle.net/2027/spo.7523862.0012.007; “Critical Reflections on Music and Humanitarian Narratives”, Arts & International Affairs, vol. 3, n° 2, 2018, pp. 25-32, https://dx.doi.org/10.18278/aia.3.2.3 / PDF. []

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search