Explorer les liens entre son, musique et violence

La violence et la guerre déplacent les limites et les seuils des paysages sonores habituels, transformant durablement les repères et les capacités acoustiques des auditeurs.trices. De plus, parce que la violence « est toujours une attaque à l’endroit de la dignité, du sens de soi, et du futur d’une personne »,1 elle bouleverse et opère une reconfiguration des frontières entre son, bruit et silence, entre ce qui est dicible et ce qui ne l’est pas. Toutefois, associer la musique à la violence, à la destruction et aux atrocités de la guerre ne va pas de soi dans la recherche en sciences humaines et sociales. Ainsi que le remarque l’ethnomusicologue Timothy Rice, les travaux dans le domaine de ce qu’il appelle « ethnomusicology in times (and places) of trouble » sont rares avant le début des années 2000.2 Cela s’expliquerait selon lui, entre autres choses, par des imaginaires culturels dans lesquels la musique est forcément associée à des choses « bonnes » et par des présupposés scientifiques selon lesquels la musique ne peut être produite que dans des contextes socialement stables.3 Les textes du numéro hors-série « Son, musique et violence » de Transposition contribuent à la reconfiguration de ces croyances et à l’exploration des fondements culturels de la guerre et de la violence collective.

National Transitional Council fighters fire against Moamer Kadhafi’s troops in the town of Sirte on 10 October 2011, as they move in for the kill against the strongman’s remaining diehards.
AFP PHOTO / ARIS MESSINIS (Photo by Aris Messinis / AFP). Used with permission from the author.

L’ensemble des textes du numéro partagent une position scientifique qu’il est utile de rappeler : le son et la musique ne sont pas étudiés comme la cause de l’action violente, mais plutôt comme des ressources symboliques que les acteurs peuvent mobiliser dans des processus ou des dynamiques de violence. La différence est de taille et sous-entend le refus d’une ontologie du son et de la musique dans laquelle la volonté humaine serait subordonnée à leurs supposés pouvoirs. Il s’agit plutôt de comprendre de quelle façon les personnes se saisissent de la musique et des phénomènes sonores pour donner sens à leur réalité dans des contextes de guerre ou pour justifier des actes de destruction et de violence. Ainsi, les auteur.e.s étudient comment la musique peut être un moyen de projeter, d’encadrer et de préparer l’affrontement avec l’ennemi ; de quelle façon l’imaginaire qu’elle véhicule tout comme ses caractéristiques sonores peuvent être mobilisés par les acteur.e.s afin de s’engager dans une confrontation réelle ou imaginaire. À partir de l’analyse des liens entre son, musique et violence, ce numéro hors-série de Transposition propose d’explorer la complexité émotionnelle des phénomènes sonores et montre comment l’écoute peut devenir un outil d’exploration, d’engagement et de connaissance sensible du monde.

Son, musique et violence“, Transposition, Hors-série 2, 2020.
Sous la direction de Luis Velasco-Pufleau.
Articles et essais de : Victor A. Stoichita, Sarah Kay, Nikita Hock, Jean-Marc Rouillan, Matthew Worley, Timothy Scott Brown, Jeremy Varon, Morag Josephine Grant, Cornelia Nuxoll, Annegret Fauser, Michael Guida, John Morgan O’Connell, Anna Papaeti, Hettie Malcomson, J. Martin Daughtry.


Image à la Une : National Transitional Council fighters fire against Moamer Kadhafi’s troops in the town of Sirte on 10 October 2011, as they move in for the kill against the strongman’s remaining diehards. AFP PHOTO / ARIS MESSINIS (Photo by Aris Messinis / AFP). Used with permission from the author.

Cite this article as: Luis Velasco-Pufleau, "Explorer les liens entre son, musique et violence," in Music, Sound and Conflict, 01/05/2020, https://msc.hypotheses.org/3450.

  1. Brad Evans and Natasha Lennard, Violence: Humans in Dark Times, San Francisco, City Lights Books, 2018, p. 3. []
  2. Timothy Rice, “Ethnomusicology in Times of Trouble”, Yearbook for Traditional Music, vol. 46, 2014, pp. 191–209. DOI: https://doi.org/10.5921/yeartradmusi.46.2014.0191 []
  3. Ibid., p. 192. []

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search