Musique et solidarité avec l’Ukraine : Comment les musiciens peuvent-ils s’opposer à la guerre sans devenir un instrument des dispositifs de propagande ?

Lors de la 64e cérémonie annuelle des Grammy Awards, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a posé la question : “Qu’est-ce qui est le plus opposé à la musique ?” et a répondu : “Le silence des villes en ruine et des gens assassinés”. Vêtu de son désormais iconique t-shirt kaki, Zelensky a évoqué dans une courte vidéo le silence auquel les Ukrainiens sont confrontés sur leur propre terre, et a exhorté les musiciens à les soutenir dans leur combat contre la Russie. “Remplissez le silence avec votre musique”, a-t-il dit. “Remplissez-le aujourd’hui, pour raconter notre histoire. Dites la vérité sur cette guerre. Soutenez-nous de toutes les manières possibles, toutes sauf le silence. Et alors, la paix viendra dans toutes nos villes que la guerre est en train de détruire”.

Zelensky demandait aux musiciens de prendre parti. Il les exhortait à devenir des narrateurs dans la guerre de l’information, à faire de la musique pour transmettre le point de vue de l’envahi. Cette demande semblait raisonnable, à l’instar de ses appels aux systèmes anti-aériens, aux chars et à l’artillerie des pays européens et des membres de l’OTAN. En effet, Vladimir Poutine a ordonné l’invasion de l’Ukraine dans le cadre d’une guerre d’agression. Des enquêtes fiables ont été publiées sur les atrocités commises par les soldats russes dans les villes ukrainiennes. Mais la musique est-elle une arme comme les autres ? Les musiciens peuvent-ils soutenir l’Ukraine sans devenir un instrument des dispositifs officiels de propagande ?

Les orchestres et les musiciens d’Europe n’ont pas attendu l’appel de Zelensky pour remplir les salles de concert, les espaces médiatiques, la télévision et la radio de leur musique en soutien à l’Ukraine. Des dizaines de concerts ont été organisés en solidarité avec l’Ukraine depuis que Poutine a ordonné l’invasion le 24 février 2022. Le programme et le cadre de ces concerts de bienfaisance sont extrêmement variés et incluent parfois des compositeurs russes, comme l’interprétation de la Septième Symphonie de Chostakovitch par le Brussels Philharmonic le 17 et 19 mars, alors que les troupes russes se rapprochaient de Kiev.

***

Deux concerts impliquant des orchestres européens et des solistes internationaux, tous deux diffusés en ligne par la chaîne de télévision franco-allemande ARTE, révèlent certaines des stratégies utilisées pour politiser la musique classique en l’intégrant dans la guerre de l’information. Ils montrent également comment la musique peut être utilisée pour présenter les conflits selon des récits nationalistes qui exacerbent des identités antagonistes, une proposition à questionner même lorsque l’agresseur – dans ce cas la Russie – est clairement identifié.

Deux semaines après l’invasion russe de l’Ukraine, le 11 mars, le Chœur et l’Orchestre national de l’Opéra de Lituanie ont donné un concert à Vilnius intitulé Strong Together – A Concert in Solidarity with Ukraine.1 La date a été soigneusement choisie. Elle coïncidait avec le 22e anniversaire de la restauration de l’indépendance de la Lituanie, juste avant la dissolution de l’Union soviétique.

Le déroulement du concert montrait l’identité européenne et l’histoire commune de la Lituanie et de l’Ukraine. Pendant le concert plusieurs versions des drapeaux de la Lituanie, de l’Ukraine et de l’Union européenne ont été projetées sur un écran géant situé sur la scène juste derrière l’orchestre. Dirigé par Ričardas Šumila et Margaryta Grynyvetska, le programme a débuté par les hymnes nationaux lituanien et ukrainien, et comprenait de la musique de compositeurs des deux pays. Le concert, qui comprenait également un spectacle de danse, s’est terminé par l’hymne européen : le chœur final de la Neuvième Symphonie de Beethoven.2

À Vilnius, les interprétations d’œuvres musicales ont été entrecoupées de discours politiques enregistrés, projetés sur l’écran, de la Première ministre lituanienne Ingrida Šimonytė et de la chef de l’opposition biélorusse Svetlana Tikhanovskaya. Ces discours ont été suivis d’un discours en direct de Petro Beshta, l’ambassadeur ukrainien en Lituanie. Les discours ont transformé ce qui était censé être un concert de solidarité en une sorte de conseil de guerre.

“Aujourd’hui, l’Ukraine se bat pour la liberté de chacun d’entre nous. Pour un monde démocratique et pour l’espoir que la terreur n’est pas la force la plus puissante”, a déclaré Ingrida Šimonytė, se tenant devant le drapeau de l’OTAN et les trois autres drapeaux affichés depuis le début du concert. Elle a terminé son discours en affirmant que

le bruit des armes et des bombes peut sembler étouffer toute la musique du monde et la rendre insignifiante. Mais je suis convaincue que la musique doit être encore plus forte qu’avant, car elle n’est pas le son de l’indifférence mais le son de l’espoir. Slava Ukraini !

Discours de la Première ministre lituanienne Ingrida Šimonytė (en anglais).
Capture d’écran du début du discours de la Première ministre lituanienne Ingrida Šimonytė.

Šimonytė a décrit la musique comme le son de la paix et de l’espoir, remplaçant les sons des bombes et des armes. Cette représentation courante de la musique comme étant naturellement bonne omet le fait que la musique a souvent accompagné et intensifié le son des armes pendant la guerre, comme le démontrent d’innombrables exemples historiques et contemporains de soldats écoutant de la musique pendant l’entraînement et le combat, ainsi que la musique et le son utilisés comme outils de torture.

Les discours du concert ont dépeint le combat de l’Ukraine contre la Russie comme le destin de tous les Européens. “En ce moment, l’Ukraine prend la responsabilité de décider à quoi ressemblera le XXIe siècle. Aujourd’hui, le sort de l’Europe dépend des Ukrainiens”, a déclaré Svetlana Tikhanovskaya.

Discours de de la chef de l’opposition biélorusse Svetlana Tikhanovskaya (en biélorusse).

L’ambassadeur ukrainien Petro Beshta a qualifié Poutine de “mal du XXIe siècle” en le comparant à Hitler : “Le visage du mal du XXe siècle est Hitler et le nazisme, le visage du mal du XXIe siècle est Poutine et le poutinisme. Ils tuent des enfants, ils tuent des femmes, ils détruisent des hôpitaux, ils détruisent des écoles. Il n’y a plus rien de sacré. Ils veulent détruire la nation ukrainienne ; ils veulent détruire la démocratie en Europe”. Selon Beshta, la guerre en Ukraine oppose la civilisation à la barbarie, la lumière aux ténèbres. Il a terminé son discours affirmant :

Nous ne laisserons pas ces forces ramener les ténèbres sur notre liberté. Nous traduirons en justice tous ceux qui commettent des crimes de guerre : Nous établirons le nouveau tribunal de Nuremberg de l’Europe du XXIe siècle. Et ensemble, nous gagnerons.

Discours de Petro Beshta, ambassadeur de l’Ukraine en Lituanie (en anglais).

En prenant en compte ces éléments discursifs, ce concert peut être considéré comme un événement nationaliste et pro-militariste. La nationalité des compositeurs semblait être la principale raison de leur inclusion dans le programme – tout comme la nationalité est le principal critère de conscription dans les forces armées. La musique de Beethoven représentait une Europe unie face à un ennemi clairement défini. Initiée par les hymnes nationaux et continuée par la musique de compositeurs ukrainiens et lituaniens, le concert devenait une représentation des communautés nationales qui soutenait émotionnellement les discours politiques qui guidaient la narration.

***

Quatre jours après le concert à Vilnius, l’Orchestre symphonique allemand de Berlin et le Chœur de la radio de Berlin ont également donné un concert en solidarité avec l’Ukraine.3 Conçu à l’initiative par la violoniste géorgienne Lisa Batiashvili, dirigé par le chef d’orchestre états-unien Alan Gilbert et organisé à la Philharmonie de Berlin, le concert a réuni un ensemble de solistes internationaux : le hautboïste français François Leleux, le pianiste russo-états-unien Kirill Gerstein, le ténor franco-mexicain Rolando Villazón, le pianiste germano-britannique Ian Wekwerth et le chanteur allemand Max Raabe.

Lors de ce concert, aucune déclaration ou discours n’a été prononcé sur la scène. Aucun artiste ukrainien n’a été présenté, et aucune musique ukrainienne n’a été jouée (à l’exception de l’hymne national ukrainien). Mais le programme du concert a été conçu de manière à construire le récit d’un destin commun entre l’Ukraine et les nations européennes. Ce récit a été tracé à travers des œuvres musicales soigneusement choisies, dont le sens était suggéré tout au long du concert par des commentaires en voix off et des sous-titres proposés par ARTE. “Les musiques de Giuseppe Verdi et de Jean-Sébastien Bach chercheront à panser les plaies, à surmonter l’effroi causé par les atrocités du conflit. Nous nous laisserons ensuite porter par la douce mélancolie des chansons berlinoises, la virtuosité pianistique dans le Concerto pour la main gauche de Maurice Ravel”, indique la voix off féminine au début du concert. “Nous terminerons par le vent d’optimisme qui souffle dans la Neuvième Symphonie imaginée par Antonín Dvořák, celle du Nouveau Monde”.

Extrait du commentaire : Introduction.

Mais la rhétorique sur la relation entre la musique et la guerre en Ukraine a changé dans le commentaire en voix off au cours du concert. Au début, les musiciens jouaient “pour appeler à la cessation des hostilités en Ukraine et à la paix en Europe”. Après le Requiem pour l’Ukraine, œuvre pour violon seul écrite par le compositeur géorgien Igor Loboda, l’interprétation de Lisa Batiashvili était “en soutien aux ukrainiens qui défendent l’intégrité de leur pays face à l’impérialisme russe, aujourd’hui avec des armes et hier déjà sous la forme des manifestations sur la Place Maïdan”.

Extrait du commentaire : Requiem pour l’Ukraine.

Selon le commentaire en voix off, le sens du chœur de Verdi Patria oppressa du quatrième acte de son opéra Macbeth s’actualise dans le contexte de l’invasion russe en Ukraine : l’œuvre est ainsi “capable de sublimer le ressenti de toute une population, d’exprimer le désarroi face à l’innommable de la guerre”.

Extrait du commentaire : Patria oppressa.
Capture d’écran du concert à la Philharmonie de Berlin : Rolando Villazón chante le rôle de Macduff (opéra Macbeth de Giuseppe Verdi).

Il en a été de même pour la chanson Irgendwo auf der Welt, du compositeur allemand Werner Richard Heymann, qui faisait “sonner une note d’espoir au milieu des événements tragiques : elle se chantait au début des années 1930 durant la montée du Nazisme, elle trouve un écho aujourd’hui dans le conflit en Ukraine”.

Extrait du commentaire : Irgendwo auf der Welt.

Contrairement au concert donné à Vilnius, le récit du concert à la Philharmonie de Berlin insère la guerre en Ukraine dans la longue histoire de l’Europe. La Première Guerre mondiale est évoquée à travers le Concerto pour piano pour la main gauche de Maurice Ravel, qui “rend ostensible l’absurdité de la guerre et ses mutilations”. Puis, plus loin dans le passé, la voix off affirme que les conséquences de la Guerre de Trente Ans (1618-1648) sont audibles dans la musique de Bach et elle souhaite que l’interprétation de l’aria Erbarme dich de la Passion selon saint Matthieu “enveloppe et apaise toutes celles et ceux qui sont touchés de près par la guerre en Ukraine”. Encore une fois, la musique est censée créer de l’espoir en opposition à la mort et à la destruction de la guerre.

Extrait du commentaire : Ravel – Guerre de Trente Ans – Bach.
Extrait du commentaire : Passion selon saint Matthieu.

***

Ces concerts peuvent être considérés comme faisant partie de dispositifs de propagande car ils donnent des réponses déjà prêtes et nous empêchent de nous poser des questions de manière différente.4 Ils montrent comment la dimension émotionnelle de la musique est utilisée dans les récits politiques. Même si le but affiché de ces concerts était d’ “appeler à la cessation des hostilités en Ukraine et à la paix en Europe”, ils ne peuvent pas arrêter ou prévenir la guerre. Au contraire, ils risquent de soutenir des discours qui construisent des identités antagonistes nécessaires pour justifier et poursuivre la guerre. Ces discours prononcés par des personnalités politiques désignent des ennemis comme des ensembles homogènes. L’histoire a prouvé que la musique peut être utilisée dans des discours opposés pendant la guerre : les discours autour de la musique encadrent les conflits armés selon des points de vue particuliers, généralement nationalistes.

De mon point de vue, les intentions des musiciens sont justes : ils veulent soutenir l’Ukraine assiégée du mieux qu’ils peuvent, alors que les réponses militaires, économiques et diplomatiques de leurs gouvernements fluctuent ou peuvent sembler peu satisfaisantes. Cependant, nous devons accepter que la musique ne peut pas “dire la vérité” sur la guerre en Ukraine et rester vigilants aux instrumentalisations possibles de nos actions. Si nous – musiciens, compositeurs et spécialistes de la musique – souhaitons remplacer le bruit des armes par des musiques de toutes sortes, nous devons trouver de nouvelles stratégies.

Nous pouvons penser des concerts qui seraient donnés en dehors des dispositifs officiels de propagande et qui construisent des identités collectives plus ouvertes, s’écartant de celles imposées par les États-nations – qu’ils soient dirigés par des régimes démocratiques ou autoritaires. Les musiciens et les compositeurs peuvent s’exprimer et se positionner contre la guerre et les souffrances qui en découlent. La musique peut agir sur nos sens pour modifier notre perception du monde, en créant des liens créatifs entre des communautés transnationales. En collaborant avec des compositeurs et des artistes dissidents, nous pouvons dessiner de nouvelles cartographies du sens et développer les connaissances qui amènent les personnes à agir pour la justice sociale. En tant que musiciens et citoyens, nous devons conserver notre capacité de pensée critique et contribuer ainsi à la consolidation de la paix dans un monde plus juste.


Cet article est paru originalement en anglais dans VAN Magazine :
Velasco-Pufleau, Luis, “Cartographies of Meaning: Can musicians stand for Ukraine without participating in propaganda?”, VAN Magazine, 23 juin 2022, https://van-magazine.com/mag/ukraine-propaganda-music.

L’utilisation du genre masculin a été adoptée dans cet article afin de faciliter la lecture et n’a aucune intention discriminatoire.

Cette recherche a été soutenue financièrement par le programme d’innovation et de recherche de l’Union européenne Horizon 2020, dans le cadre du projet Marie Skłodowska-Curie ONTOMUSIC (convention de subvention no 101027828). L’organisme subventionnaire n’a joué aucun rôle dans l’élaboration de cet article, qui reflète uniquement l’opinion de l’auteur.


Cite this article as: Luis Velasco-Pufleau, "Musique et solidarité avec l’Ukraine : Comment les musiciens peuvent-ils s’opposer à la guerre sans devenir un instrument des dispositifs de propagande ?," in Music, Sound and Conflict, 23/06/2022, https://msc.hypotheses.org/4044.

  1. Kasten, Henning, “L’Orchestre national de l’Opéra de Lituanie. Concert en soutien au peuple ukrainien”, ARTE Concert, 11 mars 2022, https://www.arte.tv/fr/videos/108273-000-A/l-orchestre-national-de-l-opera-de-lituanie/. []
  2. Jouée régulièrement lors d’événements politiques en Europe comme symbole de paix et de démocratie, cette même symphonie a également été interprétée en 2017 à l’Elbphilharmonie lors du sommet du G20 à Hambourg devant Poutine, Trump, Erdoğan, Jinping et d’autres dirigeants des principales économies mondiales. []
  3. Feil, Martin, “Lisa Batiashvili et l’Orchestre symphonique allemand de Berlin”, ARTE Concert, 15 mars 2022, https://www.arte.tv/fr/videos/108415-000-A/lisa-batiashvili-et-l-orchestre-symphonique-allemand-de-berlin/. []
  4. Velasco-Pufleau, Luis, “Réflexions sur les rapports entre musique et propagande“, dans Massimiliano Sala (dir.), Music and Propaganda in the Short Twentieth Century, Turnhout, Brepols, 2014, p. 3-15. []

You may also like...

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search