Une lutte pour la mémoire : entretien avec Hèctor Parra à propos de son opéra Justice

Le compositeur catalan Hèctor Parra est l’auteur d’une œuvre prolifique qui crée des liens sonores entre les arts et la société, dialoguant avec le travail d’écrivains et d’artistes, tels que Marie Ndiaye, Jaume Plensa et Händl Klaus, ou de scientifiques comme la physicienne Lisa Randall. Son oreille pluridisciplinaire recherche des collaborations qui interrogent ce que signifie d’être humain. Parmi ses nombreuses compositions récentes, il a créé deux opéras marquants : Les Bienveillantes (2019), basé sur le roman de Jonathan Littell, a été créé à l’Opera Ballet Vlaanderen avec un livret de Händl Klaus et une mise en scène de Calixto Bieito ; et Orgia (2023), créé à Paris par l’Ensemble Intercontemporain avec également une mise en scène de Bieito, est basé sur la première pièce de théâtre écrite par Pier Paolo Pasolini.

Justice est son nouvel opéra, coproduit par le Grand Théâtre de Genève et le Festival Tangente St. Pölten (Autriche). Basé sur le scénario du metteur en scène suisse Milo Rau et le livret de l’écrivain congolais Fiston Mwanza Mujila, l’opéra sera créé à Genève le 22 janvier 2024. La trame de Justice se déroule dans le Katanga, une région de la République démocratique du Congo (RDC) extrêmement riche en minerais, dont les ressources ont attiré la convoitise des entreprises minières étrangères depuis la brutale colonisation belge du Congo jusqu’à aujourd’hui. La plupart du temps, l’exploitation des ressources naturelles dans cette région est allée de pair avec les catastrophes environnementales et la violence subie par les populations locales.

Je me suis entretenu avec Parra le vendredi 5 janvier 2024, après une semaine de répétitions au Grand Théâtre de Genève. Son enthousiasme était nourri par la joie de collaborer avec une équipe diverse et talentueuse, de sentir que leur travail collectif contribue à faire bouger les limites de l’opéra en tant que genre.

Milo Rau et Serge Kakudji à Kolwezi, RDC. Photo : Hèctor Parra
Hèctor Parra. Photo : Amandine Lauriol

***

Luis Velasco-Pufleau : Quels sont les liens entre Justice et tes opéras précédents, notamment Les Bienveillantes et Orgia ?

Hèctor Parra : Les trois projets ont émergé de façon séparée. Mais il est intéressant que, même si je n’ai jamais eu l’intention de les lier, il y a des connexions fortes entre eux. On peut dire que les trois projets portent sur des sujets politiques et des questions humaines fondamentales. Dans Les Bienveillantes, le sujet principal traité par Jonathan Littell dans son roman est sans doute le fascisme et sa dérive génocidaire. Racontant les exactions nazies du point de vue d’un officier SS, l’œuvre explore et interroge comment des êtres humains peuvent s’engager dans des dynamiques génocidaires.

Orgia est basée sur la pièce de théâtre homonyme de Pasolini, un auteur que j’aime beaucoup et qui a énormément réfléchi sur les origines et les conséquences du fascisme. Dans Orgia il explore la violence dans les rapports humains et dénonce d’une façon clairvoyante la manière dont un certain fascisme survit et annihile toutes les traces d’humanité dans la société moderne à travers la culture de consommation. Enfin, Justice prend comme point de départ un cas concret d’injustice sociale en lien direct avec l’extraction minière dans la République démocratique du Congo (RDC) : une collision mortelle entre un camion-citerne transportant de l’acide sulfurique destiné à une mine de cobalt gérée par la multinationale suisse Glencore et un autobus de ligne dans la route qui lie Kolwezi et Lubumbashi. L’accident a eu lieu près du village de Kabwe. Vingt-et-une personnes sont mortes, incluant plusieurs enfants.

LVP : Comment est né l’idée de faire un opéra à partir de ce sujet ?

HP : Le projet de Justice a pu voir le jour grâce à Aviel Cahn, l’actuel directeur général du Grand Théâtre de Genève, et au metteur en scène Milo Rau. J’avais collaboré avec Aviel dans Les Bienveillantes, lorsqu’il était à l’Opera Ballet Vlaanderen. Avant sa prise de fonctions au Grand Théâtre de Genève en septembre 2019, il m’a proposé la création d’un nouvel opéra et m’a suggéré la collaboration avec Milo Rau. J’ai accepté avec enthousiasme sa proposition. Milo travaillait depuis plus d’une dizaine d’années sur la guerre civile en RDC, en lien avec son projet de théâtre politique Tribunal sur le Congo. La proposition coïncide temporellement avec la mise en scène par Milo de son premier opéra, La Clemenza di Tito de Mozart, à Genève. Un choc ! Après quelques mois de réflexion collective, aussi avec la participation du chef d’orchestre Titus Engel, Milo nous a proposé le sujet de Justice. Nous avons été tout de suite d’accord avec l’idée et nous sommes mis au travail. Nous sommes convaincus que l’opéra doit aussi parler des problèmes politiques de la société d’aujourd’hui, c’est fondamental.

LVP : Milo Rau a écrit le scénario et Fiston Mwanza Mujila le livret de Justice, comment s’est déroulée cette collaboration ?

HP : Milo connaissait déjà Fiston et l’a invité à collaborer dans le projet. Nous avons été ravis qu’il accepte de se joindre à nous. Non seulement Fiston est originaire de Lubumbashi et connaît très bien l’histoire du Katanga, mais il y a aussi apporté sa voix, sa vision et sa langue. La collaboration a été extrêmement riche, j’ai beaucoup appris à propos des traditions artistiques et musicales congolaises.

LVP : De quelle façon l’écriture de Fiston Mwanza Mujila a influencé ta musique ?

HP : Au début du projet, je connaissais déjà le travail de Milo mais pas encore celui de Fiston. J’ai alors découvert son écriture et la force expressive de sa langue si singulière. Les images, les répétitions et le rythme de son roman Tram 83 m’ont beaucoup impressionné. Sa poésie et ses Kasalas – qu’en langue Tshiluba signifie “appels, invocations, louanges” – ont eu une influence très importante dans mon travail de composition, au même titre que les traditions musicales congolaises des cultures luba, hemba, lulua, kaonde et lunda. J’ai été très inspiré par comment Fiston met en scène les mots, les chante et les habite, tout en créant des liens avec sa généalogie, les arts et le destin de son peuple. Dans Justice, Fiston joue son propre rôle sur scène, il est un comédien et un improvisateur vocal extraordinaire.

Fiston Mwanza Mujila, “Kasala pour moi-même”, 50th Poetry International Festival Rotterdam, 2019.

LVP : Les liens tissés avec des personnes et des lieux lors du processus de composition de tes œuvres sont très importants pour toi. Comment s’est déroulé ce processus dans le cas de Justice ?

HP : En plus des liens qui se sont créés au sein de l’équipe par le biais de notre collaboration et le partage de notre travail artistique, dès le début du processus de création nous avons décidé de faire un voyage en RDC pour rencontrer les habitants de Lubumbashi et Kabwe, ainsi que les victimes de l’accident qui est au centre de l’histoire de l’opéra. Cette rencontre était très importante pour nous. Milo s’est chargé des préparatifs et, en novembre 2023, nous nous sommes rendus dans le Katanga. Ce voyage m’a profondément marqué. Milo était accompagné de son équipe de production – Giacomo Bisordi et Moritz von Dungern – pour filmer les vidéos avec le contre-ténor congolais Serge Kakudji qui font partie de la scénographie de l’opéra. Serge est originaire de Kolwezi, où se trouvent les plus importantes mines de cobalt du monde et dans certaines desquelles il travaillait de façon périodique lorsqu’il était enfant. Nous nous y sommes rendus pour filmer Serge chantant devant le paysage dévasté des mines à ciel ouvert. Dans Justice, il chante et joue le rôle de Milambo Kayamba, une victime qui a perdu ses deux jambes lors de l’accident de bus. Nous avons pu rencontrer Milambo et sa famille à Lubumbashi. Serge a parlé avec lui pendant plusieurs heures, ils ont fait connaissance et échangé leurs expériences. C’était l’un des moments émouvants du voyage.

LVP : Est-ce que vous avez aussi eu des échanges sur le plan musical ?

HP : Absolument. Lors de nos visites à Kabwe, nous avons rencontré les habitants du village et certaines des victimes de l’accident. Nos échanges ont aussi été musicaux. Serge leur a chanté le début de l’aria en swahili que j’ai composée pour le début du cinquième acte à la mémoire de l’un des enfants qui est mort dans l’accident, en l’occurrence une fille brulée par l’acide sulfurique lors de la collision avec le camion-citerne. Parmi les victimes qui étaient présentes à ce moment-là, il y avait Yowali Binti et sa fille de cinq ans, qui ont aussi subi toutes les deux des brûlures causées par l’acide. Yowali nous a fait part de leurs demandes de justice, leur souhait que les autorités n’oublient pas l’accident et que les personnes responsables soient jugées. Après la voix chantée de Serge, c’était le tour des jeunes de Kabwe de nous partager leur musique : une chanson traditionnelle accompagnée par des percussions et de la danse. C’était un moment extraordinaire.

Le contre-ténor congolais Serge Kakudji à Kolwezi, RDC.
Yowali Binti et sa fille à Kabwe, RDC.
Photo : Hèctor Parra

LVP : L’injustice sociale et les violations des droits humains ont souvent un lien direct avec la destruction d’écosystèmes et les catastrophes environnementales, est-ce que tu abordes ce sujet dans Justice ?

HP : Oui, c’est bien connu que l’exploitation minière cause des dégâts environnementaux importants. Dans l’accident du 20 février 2019, l’acide sulfurique a tué et blessé des dizaines de personnes, puis a fini par se déverser dans la rivière. On l’appelle un accident mais en réalité il y eu lieu en grande partie à cause de l’irresponsabilité et de la négligence de la multinationale qui gère la mine de Mutanda. Il y a des passages dans Justice où le chœur chante la destruction de l’environnement dans cette région, la contamination des fleuves. Les destins des êtres humains et des écosystèmes sont liés. Quand il n’y a pas de respect pour l’être humain, il n’y a pas de respect pour la nature. Quand on colonise une région, on la détruit nécessairement : toute colonisation est une exploitation extrême ; pour exploiter une région de façon extrême, il faut la détruire.

LVP : Milo Rau écrivait en 2018 dans son Manifeste de Gand : “Le but n’est pas la représentation du réel, mais de rendre la représentation elle-même réelle”. Est-ce que Justice explore cette idée ?

HP : Le propre Milo affirme que l’art ne doit pas être fait pour représenter la réalité mais pour la changer. Je suis convaincu que la poésie a la capacité de nous pousser à l’action, en tant que personnes politiques. L’art n’est pas la politique en soi, mais peut provoquer une catharsis qui nous fait bouger. Je pense que le lyrisme de l’opéra est un moyen puissant pour faire agir des gens qui peuvent être émus par la musique, par le contact entre la voix et l’orchestre, ainsi que par la mise en scène. Mais tout dépend aussi du sujet traité et de la façon de le traiter, de comment on explore les limites de l’opéra.

LVP : Votre ambition est de faire bouger ces limites ?

HP : Exactement, on essaye de faire bouger les limites de l’opéra en tant que genre. Il s’agit d’un travail en équipe, d’une exploration artistique transversale : la dimension politique du sujet, la mise en scène, le rythme de la parole, les possibilités de la voix, les couleurs de l’orchestration et les limites de la musique. Il y a une énergie extraordinaire sur scène, une lutte pour la mémoire et la dignité qui dépasse largement le contexte de cette création.

***


Une version anglaise de cet article a été publiée de façon simultanée dans VAN Magazine :
Luis Velasco-Pufleau, “A Struggle for Memory: Composer Hèctor Parra on his new opera ‘Justice’”, VAN Magazine, 18 January 2024, https://van-magazine.com/mag/hector-parra.
Open Access PDF: https://doi.org/10.48350/191781

Cette recherche a été soutenue financièrement par le programme d’innovation et de recherche de l’Union européenne Horizon 2020, dans le cadre du projet Marie Skłodowska-Curie ONTOMUSIC (convention de subvention no 101027828). L’organisme subventionnaire n’a joué aucun rôle dans l’élaboration de cet article, qui reflète uniquement l’opinion de l’auteur.




Cite this blog post
Luis Velasco-Pufleau (2024, January 18). Une lutte pour la mémoire : entretien avec Hèctor Parra à propos de son opéra Justice. Music, Sound and Conflict. Retrieved June 25, 2024, from https://doi.org/10.58079/vmet

You may also like...

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search